30 oct. 2019

ANNALISE KEATING ET NEGOCIATION SALAIRE


Annalise Keating et Négociation de salaire

Vous regardez How To Get Away With Murder ?
Moi oui et cette série me tient en haleine à tous les niveaux. Je ne m'avance pas trop en disant que le rythme de cette série me coupe littéralement le souffle. Quand tu penses que tout va enfin s'arranger pour la petite bande à Keating, il y a 3 squelettes qui sortent simultanément et à grands fracas du placard. Auntie Shonda finira par avoir ma peau.

Entre 2 scènes au suspense insoutenable, on a quand même le temps de prendre quelques leçons  qui pourraient servir d'une manière ou d'une autre dans la vie.

Dans l'épisode du jour (le lien est sur mon IGTV) - How To Get Away With Murder Saison 05 et Episode 01 - on parle entretien de recrutement et négociation de salaire.


1- Rester en alerte dès la première poignée de main.


*Poignée de mains*
Emmet: Mme Keating ? Emmet Crawford, je vous imaginais plus grande.
Annalise: C'est ce qui se passe quand on fait plier la Cour Suprême.

J'ai trouvé l'entrée en matière du potentiel employeur pathétique et sans intérêt, si ce n'est celui de fixer les forces en présence et rabaisser Annalise Keating.
Bonne répartie d'Annalise: Je joue dans la Cour des Grands (La Cour Suprême) et remporte des victoires historiques, Monsieur.
La suite de l'entretien va nous apprendre beaucoup sur la négociation de salaire.

2- Définir les missions et la position


Annalise: Comme Associée ? 
Emmet : Membre honoraire du conseil d'administration.

Annalise ne se contente pas de recueillir les informations sur les missions sur lesquelles elle est attendue. Elle veut savoir quelle sera sa place exacte dans l'organigramme du cabinet.
Il faut être vigilant dès le début: la place dans l'organigramme est importante car, selon l'entreprise, il peut s'avérer très difficile de monter les échelons.
J'ai pu l'expérimenter moi-même en début de carrière. La candeur des débuts ne m'a pas rendue service.
Plus tard, j'ai même écouté placidement un manager m'expliquer que la place dans l'organigramme ne comptait pas tant que j'étais bien payée. Je dis non: Donnez-moi la place et la reconnaissance qui me sont dues eu égard à la séniorité exigée par les missions que je remplies au quotidien.

3- Être sereine lors de la négociation du salaire.


Annalise: Salaire de base ?
Emmet: *Proposition*
Annalise:*moue* Vous n'avez pas une très haute opinion de moi. On m'a offert le double pour un autre poste
Emmet: ça me surprendrait beaucoup
Annalise: Décrochez votre téléphone, j'ai eu des offres de [déroulage de tous les noms d'entreprises rencontrées]

Cet échange m'a hérissé le poil. Ceux qui suivent la série savent qu'Annalise Keating traîne des casseroles dans sa vie privée. Emmet le sait. Mais Annalise a aussi enregistré de belles victoires au compteur, notamment en faisant plier la Cour Suprême. Emmet le sait aussi et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il la veut dans son cabinet. Mais il choisit, non seulement de ne pas lui proposer un poste d'Associée mais aussi de la faire monter au créneau sur des affaires jugées à la Cour Suprême sans un salaire honorable. En gros, il veut le beurre, l'argent du beurre, la laitière, le pré et le cours d'eau qui va avec, sans avoir à faire plus d'effort. Pire, il fait preuve d'un pédantisme sans limite avec son "ça me surprendrait beaucoup".
J'aime l'attitude d'Annalise: impassible, sûre d'elle, pas une décibel au-dessus de la précédente parce qu'elle connaît sa valeur sur le marché.

4- Mettre les entreprises en compétition sans perdre l'objectif de vue


"Ce que je veux dire c'est qu'à moins que mon salaire ne soit équivalent à ce que vous touchez, ma réponse est non !"

Annalise a rencontré plusieurs cabinets et à chaque fois, elle a mis en avant ses victoires et tenu ferme sur ses prétentions salariales. Dans ce passage, elle touche au sujet du plafond de verre pour les femmes, et encore plus pour les femmes noires compétentes: "Si je fais le même boulot que toi, peut-être même plus, pourquoi n'aurais-je pas le même salaire que toi ?"

La confiance en soi vient avec l'expérience des victoires remportées et de la détermination à vouloir apprendre, se former sur de nouveaux domaines. 
En début de carrière, on ne peut pas dire que j'ai brillé dans cette discipline: je sortais de la fac, j'avais quelques mois de chômage au compteur qui avaient bien entamé ma confiance en moi déjà frêle, j'étais étrangère (je ne vous raconte pas le parcours du combattant pour changer de statut en France d'étudiant étranger à salarié), je n'avais pas une grande expérience du monde du travail (merci la Fac, qui à l'époque n'autorisait les stages qu'à partir du Master 1). Autant dire que je n'avais aucune carte à jouer. Je voulais seulement trouver un CDI à un salaire me permettant de changer de statut à la Préfecture. La RH de l'époque le savait et en a clairement joué en me disant : "ici c'est 24K brut, si vous refusez, il y en a d'autres derrière vous dans la file". Well...

5- S'enquérir des conditions de travail


"Je dois engager ma propre équipe"
"Vos concurrent ne m'ont imposé aucune heure facturable"
"Je veux une totale indépendance, ni superviseur, ni réunion d'équipe, ni compte rendu obligatoire"

Une fois que le poisson est ferré, Annalise Keating impose le rythme de la négociation dans chaque entretien. Elle définit les contours du poste pour veiller à garder une totale autonomie dans l'exercice de ses fonctions. A écouter toutes ses exigences, elle sera salariée tout en fonctionnant comme un chef d'entreprise (même moi, en regardant, je me disais "ekie Annalise tu abuses déjà").
Est-ce que vous aussi, vous avez déjà entendu des phrases comme "êtes-vous prêts à rester tard pour travailler sur un dossier ? Parce que ici on ne compte pas ses heures" ? C'est un piège.
Parce qu'on veut plaire et être pris, on peut se retrouver à accepter des conditions de travail qui finiront par nous étouffer une fois en poste.
Pour mon prochain poste, je ne lâcherai rien sur la possibilité d'avoir au moins 1 jour de télétravail par semaine parce que ça change une vie.

6- Prendre le temps de la réflexion avant tout accord


"Je vais y réfléchir"

Annalise le fait bien à la fin de quasiment tous les entretiens, même quand elle obtient ce qu'elle désire.
Déjà cela laisse le temps de passer d'autres entretiens et comparer les offres et mieux se renseigner sur le marché. Cela donne aussi du temps pour éventuellement aborder ou revenir sur un terme précis de la négociation.


Voilà, c'est la petite analyse du jour.
J'espère que ce format d'article vous a plu.

Dites-moi en commentaires quelles ont été vos erreurs de débutants lors de vos premiers entretiens.

Besos !

#YourBestAuntie


Vous avez aimé ce post? Abonnez-vous à la Newsletter

2 commentaires :

  1. Quand je pense que parfois je fais des entretiens sans que le mot salaire ne soit abordé. Un jour alors que je racontais à un ami que j’avais demandé le salaire pour un stage (d’ailleurs le recruteur me dit « euh j’ai pas ça en tête » en attendant monsieur m’a bien détaillé une fiche de poste digne d’un expert en marketing et non de la petite étudiante que je suis ) il me dit « oh tu as tout gâché maintenant il sauront que tu es juste là pour l’argent. Mais bien sure que je suis là pour le gain et pour les références.
    L’argent le tabou des entretiens ����‍♀️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes tous sous le joug du capitalisme. Vouloir faire la fille désintéressée est naïf.

      Ce n'est pas le bénévolat cher recruteur, je veux savoir à quel prix tu penses acheter la force de travail qui te fera gagner des millions.

      Merci d'être passée laisser un commentaire.
      :)

      Supprimer