31 mars 2020

DROITS DE LA FEMME - RETOUR SUR 3 ACTIONS MEDIA

DROITS DE LA FEMME - RETOUR SUR 3 ACTIONS MEDIA


Le mois de Mars est sur le point de s'achever et je tenais à revenir sur 3 campagnes medias lancées en 2019 qui mettent en lumière ce que trop de femmes vivent encore dans le monde et tout près de chez nous.


1- "La main qui travaille mérite tout notre respect" - Mio x Rapp

  
Dans cette vidéo, des hommes donnent leurs avis sur des images de mains. Chacun imagine à qui pourrait bien appartenir ces mains, ainsi que le travail de leurs propriétaires. Pour les uns, ce sont des mains d'hommes âgés, pour d'autres des hommes d'ouvriers travaillant très dur, pour les autres des mains de femmes travaillant dans les champs ou femmes de ménage. Quelle ne fut pas leur surprise (et leur rire jaune) quand ils découvrent que ces mains appartiennent à leurs soeur, fille, mère, femme...
Il s'agit d'une campagne développée par Rapp une agence de publicité Marocaine pour le compte de la marque de produits ménagers Mio.

Les mains ridées et écorchées de ces femmes ne sont que la pointe de l'iceberg de ce que l'on appelle la charge mentale, bien illustrée par Emma dans sa BD "Un autre Regard".
Cela fait un moment déjà que le sujet de la charge mentale a été soulevé par celles qui n'en peuvent plus. La charge mentale c'est la détresse des femmes qui doivent tout gérer à la maison, qu'elles exercent un métier en dehors du foyer ou qu'elles soient ce que l'on appelle communément "Femmes au Foyer".

Il y a un point qui me chafouine néanmoins dans cette vidéo et dans les débats que je vois en général : le manque d'empathie. Il y a ceux qui prennent conscience de ce genre de sujets uniquement lorsque cela concerne les femmes de leur vie. Il y a ceux qui sont complètement aveugles "bah fallait demander de l'aide" oui mais même là, il faut répéter plusieurs fois la demande "il m'aide parfois quand je le harcèle sans arrêt c'est pour ça qu'il dit que je suis une râleuse". Wow.
Les rires et sourires jaunes, les bisous et les larmes de reconnaissance ne valent rien si, après la vidéo, les choses ne changent pas à la maison.

2- #Kutoo la pétition anti-talon - Yumi Ishikawa

  
La deuxième vidéo m'a laissée complètement exaspérée. 

Des Japonaises se sont levées derrière l'actrice Yumi Ishikawa pour dénoncer la dictature du talon haut au travail en lançant une pétition sous le hashtag #Kutoo, une contraction de "chaussure" et de "douleur". Je n'arrive même pas à comprendre. Pour des raisons d'allures, on va subir une obligation de ce genre ? Peut-être faudrait-il imposer une semaine de port de talons hauts à ces hommes pour qu'ils comprennent l’aberration de cette norme ? Je me répète, je ne comprends pas.

Cela vaut pour le Japon, mais plus largement cela s'applique partout à tous ces métiers où, pour des raisons d'allure, les femmes se voient imposer le port de talons plus ou moins hauts. Comment être sereine si tu dois piétiner en talons hauts toute la journée ? Oui, on peut finir par s'habituer à cette douleur mais on en revient une fois de plus à la question du choix.

Dans les premières avancées initiées par cette campagne, plusieurs entreprises Japonaises telles que la Japan Airlines ont changé les dispositions réglementaires des uniformes de leurs personnels pour retirer cette obligation de talon. 

3- Partir, fuir les violences conjugales - Fondation des Femmes



Dans cette troisième vidéo, le spectateur est remplit d'espoir pour Julie. 

On perçoit son hésitation au moment d'appuyer sur le démarreur de la voiture, on veut lui transmettre toute notre force par le biais de l'écran pour l'aider à partir. 
Mais "Pour pouvoir partir, il faut avoir quelque part où aller".
Cette phrase est d'une cruauté extrême et pourtant elle décrit bien la détresse des femmes et enfants victimes de violences. Partir pour aller où ? C'est déjà très difficile de partir. C'est encore plus difficile de revenir en sachant qu'on pourrait payer de notre vie cette incartade. Quand le mari ouvre la porte...
Avec l'état d'urgence sanitaire et le confinement total, les cas de violences conjugales sont montés en flèche. L'Etat a mis a disposition des logements. En lisant la nouvelle, je n'ai pas pu me retenir de soupirer: il y avait donc des solutions de relogement, ne serait-ce que pour 1 femme ?
Si vous en trouvez la force, appelez le 3919.


Besos !

#YourBestAuntie

Blog Lifestyle Afro

Aucun commentaire:

Publier un commentaire