16 déc. 2012

Nous aussi on a un cœur qui bat, en dessous de cette combinaison de Cat Woman





Repost de Wonda Wendy dont j'ai déjà parlé dans cet article.

"Nous aurait-on menti?

Je fais partie d’une génération de femmes perdues. Oui oui mesdames soyons honnêtes.
Ma mère m’a élevée seule au milieu de 3 garçons. Et je dois dire qu’elle a tout fait pour que je ne sois pas une victime. Une version updatée d’elle-même. Et je peux vous garantir qu’elle a réussi. Elle a fabriqué un vrai super-héros, une Wonda Wendy. J’ai été élevée avec l’idée que je dois pouvoir faire ce que je veux. Que rien n’est impossible.Et je peux dire que j’ai été une bonne élève : j’ai suivi toutes mes ambitions même les plus folles, rien ne m’a arrêtée. Ni le racisme, ni le machisme, ni le communautarisme, ni « ghettoïsme » permettez-moi ce néologisme. Rien ne m’a arrêtée, aujourd’hui je suis une femme noire, à dreadlocks blondes , musicienne vivant de musique et mère d’une jolie petite fille. Une jeune femme sûre d’elle accrochée à ses ambitions, qui se donne les moyens, peu importe les difficultés, d’arriver à ses fins. Pas trop introvertie… Ok, je vous l’accorde… Pas du tout. Peut-être très cash mais honnête et sincère. Le tableau est dressé.

Maman m’a donné tous ces outils qui, je dois dire, me servent quotidiennement dans le monde de brutes dans lequel nous vivons. Mais ce que je crois que maman ne m’a pas vraiment transmis ou bien ce que je n’ai pas pris en option dans l’apprentissage de la vie, c’est «comment, quand on est au four et au moulin et qu’on gère son business, on laisse intervenir un HOMME dans sa vie???» Vous savez le sexe opposé ? Ce que nos chères mamans occupées à nous rendre fortes ont oublié de nous apprendre, c'est comment pallier au fait que les super-héros sont voués à finir seuls. Parce que force est de constater que toute cette indépendance, cette autosuffisance fait fuir la gente masculine. Je pose la question et je crois que peu de mes amies célibataires me contrediront. Je me suis donc mise à réfléchir à la chose : Je pense que pendant que certaines de nos mères (les fameuses soixante-huitardes) cherchaient à faire de leurs filles des personnes à part entière qui ne vivraient pas dans l’attente et la dépendance d’un homme, d’autres mères (ou les mêmes d’ailleurs) essayaient peut-être d’humaniser leurs petits garçons histoire qu’ils ne ressemblent pas à leurs machos de pères qui se pensaient les maîtres de la planète. Résultat, elles en ont fait une bande de flippettes qui ne savent pas réagir devant des filles totalement en contrôle comme nous. Et oui les meufs… On les fait flipper grave !!!

Quand il nous voit ils sont séduits! Normal, nous sommes belles (bon oui il fallait le dire! lol), avons un sens de l’analyse aiguisé, le sens de l’humour, un pouvoir d’achat, une idée précise de ce que nous voulons. Bref, on est opé…
Premier effet "kiss cool" porté par ce panel ma foi totalement attrayant. Ils commencent par prendre le contact. C’est plus fort qu’eux, les réminiscences des instincts primitifs. Puis le drame commence à partir du moment ou ils se rendent compte que ça n’est pas fake. Ce fameux moment, qu’on appelle la période d’essai. Vous savez ce moment au début d’une relation où tout le monde prétend être ce qu’il n’est pas. On emploie des phrases type du genre « non mais moi, je ne suis pas comme ça… ». Bref. Donc pendant cette fameuse période d’essai ils sont convaincus qu’on prétend un peu. Ben oui, quand on dit qu’on monte les meubles toute seules, qu’on peut gérer les gosses, le taf, les parents, l’argent, la voiture etc.… en même temps. Et puis arrive un moment c’est le second effet "kiss-cool" où ils comprennent que nous faisons réellement tout ça. Effectivement, on est OPÉ. Là c’est le drame.

Oui les meufs quand on n'est pas peu sûres de nous, névrosées, totalement débiles ou complètement résignées, on ne leur donne aucune perspective de les laisser affirmer leur "male power". Et ça, c'est un problème de ouf!!! Les points positifs dont on se fout royalement, mais je les écris histoire de trouver un truc presque bien dans toute cette misère affective : Ils nous trouvent de bon conseil en général, nous sommes de bons boosters, on les motive grave, on est libéré sexuellement, culturellement c'est génial !!! On est vraiment des filles bien… Des filles trop BIEN. Ouais, juste assez bonnes à être des maitresses ou des potes géniales. Mais il manque un truc pour être de bonnes FEMMES. Les femmes, vous savez, celles qu’on garde à la maison avec qui on hésite pas à se marier parce qu’on est convaincu que c’est pour la vie. Celle pour qui on sacrifierait tout. Genre Caroline Ingalls. Lol

Donc je me dis qu’il faut que nous mettions cette matière grise qui nous permet de gérer toutes ces choses de la vie au service de ce problème qui devient un fléau de société. Comment réussir à démontrer à ces messieurs que même un super guerrier a besoin de repos. Et qu’il est vachement plus agréable de sauver le monde en sachant qu’en rentrant on va s’endormir dans les bras musclés (ou pas, selon les gouts) d’un chéri, en chair et en os d’une température corporelle de 37°, plutôt que de rentrer se coucher dans un lit froid avec pour seule compagnie son vibro et une peluche en coeur ou son enfant qui vient discrètement se glisser dans son lit dès 3H du mat. Nous aussi on a un cœur qui bat, en dessous de cette combinaison de cat woman qui les fait fantasmer tant. Et que nous ne sommes pas des cyborgs qui ne se nourrissent pas, ne boivent pas… un bon restau', un verre de cognac ou un mojito de temps en temps, c'est cool! Nos mamans n’ont pas désactivé nos cœurs, elles ont renforcées nos esprits. Elles nous ont donné confiance en nous.Y’a qu’à nous voir pleurer devant "desparate housewife" ou "sex & the city". Ou dans mon cas les pauvres téléfilms de M6 pour s’en rendre compte. On est capable d’aimer pour de vrai et en grand. Mesdames et Messieurs, je continuerai ma réflexion plus tard. Vos réactions sur le sujet sont les bienvenues. Nous devons trouver comment procéder.
Et n’oubliez jamais cette phrase d’une grande philosophe contemporaine « who run the world ???? GIRLS » !!!! lol (reflex c'était trop tentant!)"

Vous avez aimé ce post? Abonnez-vous à la Newsletter

2 commentaires :

  1. Hello,
    J edecouvre ton blog et je suis agréablement surprise. Tres bel article.
    C'est vrai que la plupart des mecs ont peur des filles indépendantes mais pas pour les raisons qu'on pense. A mon humble avis ce qui leur fait peur c'est qu'à cause de nos multiples activités on oublie de trouver le temps pour eux. Le temps d'etre des amies, amoureuses et un peu mama.

    RépondreSupprimer
  2. Ton article vient de m'ouvrir les yeux:
    Ma mere m'a elevee seule donc pas de place pour comprendre et connaitre ce qu'est la vie a deux parce qu'au depart un homme, il n'y en avait pas dans mon enfance. La figure paternel HEU??????? comment dire? donc la femme seule se debrouillant seule et se bat pour reussir dans la vie, c'est mon modele celui de la mere.
    Il m'est difficile de me lier avec un hommme car je ne sais pas et je pense que je ne veux pas laisser a un homme dans ma vie.
    Cet article ouvre beaucoup de choses en moi, aie!!! une petite introspection va etre necessaire.

    RépondreSupprimer