17 oct. 2012

Le repassage des seins: l'horreur silencieuse

L'une de mes attentes de petite fille était la poussée de mes seins. Je voulais tellement faire comme mes tantes: mettre de jolis soutifs et avoir les seins qui bougent quand je marche. 

Dans mon village, mes petites cousines s'amusaient à attraper des petits insectes qui se baladaient à la surface de l'eau de rivière et à les poser sur leurs plates poitrines. La piqûre de ces insectes étaient supposée provoquer la poussée des seins. Je n'ai jamais essayé, trop peureuse que j'étais. Ils ont fini par pousser, très tard, mais mieux vaut tard que jamais. 

C'est l'article de Ngimbis à ce sujet qui m'a rappelé l'histoire d'une de mes copines de collège. Les seins de A. étaient sortis trop tôt pour sa mère qui a donc décidé de taper dessus avec une cuillère en bois chaude (celle utilisée pour tourner le foufou) pour les faire diminuer.
Elle m'a raconté sa douleur et ça m'a choquée. 




Cette pratique appelée "repassage des seins" serait courante au Cameroun (je n'ai pas d'infos sur le Gabon) où l'Association de Lutte contre les Violences faites aux Femmes (ALVF) la compare à l’excision

Comment peut-on trouver complètement normal de faire subir de telles souffrances à des petites filles? 
Pourquoi reproduire un modèle qu'on a soi-même subi quand on sait qu'il s'avère inefficace contre les grossesses précoces (la grossesse ne rentre pas par les seins, c'est bien connu), et pire, dangereux pour la santé physique et psychologique de ces victimes? (Encore que dans nos sociétés, on néglige généralement le fait qu'un enfant a droit à un épanouissement psychologique... "aah la psychologie c'est pour les Blancs!"). 
Peut-on  se cacher derrière la coutume pour justifier tant de cruauté?

"Protéger du regard et du désir des hommes"

Je me pose une autre question rhétorique plus large:  pourquoi semble-t-il que, dès sa plus tendre enfance, la femme porte les problèmes du monde sur son frêle dos?

Vous avez aimé ce post? Abonnez-vous à la Newsletter

15 commentaires :

  1. Han mais c'est horrible ! Je savais pas que ça existait, c'est vrai que les médias en parlent très peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. malheureusement, ce n'est pas assez médiatisé. Une vraie horreur.

      Supprimer
  2. J'ai effectivement déjà entendu parler de cette pratique. L'ignorance peut être un grand mal, quand certaines femmes disent 'Il n'y a rien de mal en ça, c'est la coutume!'... C'est comme l'excision! Elles ne se rendent pas compte que ça peut aller jusqu'à tuer les filles/femmes...
    J'espère sincèrement qu'avec le temps, cette pratique disparaîtra complètement. Il ne faut pas cesser de sensibiliser les populations.
    Bisous Lyly!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi! c'est un travail de longue haleine. Si déjà on en parle dans les écoles, c'est déjà bien.

      Supprimer
  3. CETTE PRATIQUE COMME L EXCISION ME FAIS FROID AU DOS.
    HORS SUJET... LA FILLE DANS LA PHOTO A DE SUPER BEAU SEINS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui de magnifiques seins. Le genre qu'on regarde pendant des heures.

      Supprimer
  4. Je connaissais pas, c claire qu'il faut en parler.
    C nous les les femmes d aujourd'hui qui avons le pouvoir et encore plus les youtubeuse et bloggeuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, que notre voix puisse porter ce genre de causes.

      Supprimer
  5. je ne connaissais pas non plus cette pratique qui en effet au même titre que l'excision porte atteinte au droit des femmes et surtout des petites filles à disposer de leur corps....cela doit être éradiqué, mais ce sera long, espérons juste que le combat sera gagné. Merci pour cette information.

    RépondreSupprimer
  6. Quand on regarde les seins de la fille sur la photo...Tsuip! je me tais.
    "Pourquoi reproduire un modèle qu'on a soi-même subi quand on sait qu'il s'avère inefficace contre les grossesses précoces" excellente question ma chère, car ce qui me révolte encore plus, c'est le fait de savoir que cette souffrance est infligée aux jeunes filles par leurs propre mères!
    A ce propos, une jeune femme après lecture de mon article que tu cites (merci!) a cru bon monter au créneau pour défendre la pratique sur la page de mon blog. j'étais tellement sidéré par ses arguments que je n'ai pas pu lui répondre. Le combat est encore long, mais il a le mérite d'exister.
    Peace toi!

    RépondreSupprimer
  7. Quand j'étais petite, mes seins ont poussé de manière assez précoce, à l'age de 8 ans, pour etre honnête, et je me rappele que mon père avait discrètement dit à ma mère de me "répasser les seins", ma mère en a rit en me le racontant, Dieu merci, elle ne l'a jamais fait, mais c'est une chose qui existe, et j'habite en Europe et nous étions déjà en Belgique à l'epoque ... c'est très courant, de moins en moins mais ça existe ... Aujourd'hui j'en rigole, je n'en suis pas traumatisée, peu etre parce que je ne l'ai pas expérimenté .. mais bon j'y étais à deux doigts... Les vielles pratiques de l'Afrique, je peux pas leur en vouloir ... Mais je dis Thank you mama!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui Thanks Mama! En effet, ils partent toujours d'un bon sentiment mais les conséquences peuvent être tellement douloureuses... C'est important de souligner que ça se passe même en Europe et pas seulement au pays. C'est une mentalité, une pratique que l'on transporte dans nos bagages.

      Supprimer
  8. des putains de sauvages, ni plus ni moins

    RépondreSupprimer
  9. Toutes ces pratiques qui visent à ne pas susciter l'intérêt des hommes envers les femmes. Alors il faut tout cacher afin qu'ils ne soient pas tenter.... les pauvres hommes !

    Mais si on suit le raisonnement, l'inverse serait alors possible c'est à dire ne pas tenter les femmes en cachant tout aussi du coté des hommes. Quelle histoire.

    C'est pourtant à chacun de ne pas céder au désir ou à la tentation. S'ils ne peuvent "lutter" c'est qu'ils n'ont alors ni volonté ni aucun contrôle de soi.

    RépondreSupprimer