23 mai 2011

Lettre à Ma Mère Mme Claire N. O.

Etre une Mère


Je relisais une énième fois un texto que ma mère m'a envoyé il y a quelques jours:

Moi: *Bonne journée ma maman. Merci pour tout, femme extraordinaire!
Elle: *Merci ma chérie, tu le seras aussi un jour. Bisou
J'aime! ♥

Cela m'a amenée à reconsidérer le statut de Mère.


Les débuts avec cette femme n'ont pas été des plus faciles... Non bien loin de là! 
En effet, c'est la femme de mon père et je vous passe les détails en pleine crise d'adolescence avec les "elle n'est même pas ma mère" et autres "marâtre et gnagnagna" (dans son sens négatif). Je voyais l'injustice dans toutes ses demandes alors qu'elle essayait tout simplement de m'éduquer et me donner les bonnes bases pour commencer le combat qu'est la vie.
Ok, il y avait aussi les "quand je te parle tu ne baisses pas les yeux hein!" et "Mais quand je te parle tu me regardes en plus dans les yeux?? Dans ma maison??" (oui les Mamans Africaines sont des nerveuses tendues!). Du coup, me voilà obligée de faire osciller le regard entre son visage et ses babouches pour ne pas déclarer la guerre pour motif d'insolence et me prendre une marmite à la tête!

Mais au juste, qui est Mère? Seulement celle qui met au monde? Je dis Non!

C'est aussi celle qui prend le relais après la première.
Celle qui est présente à chaque instant de notre vie.
Celle qui nous ramasse comme du poisson pourri un jour parce qu'il y a un verre dans l'évier façon "C'est ma maison qui est sale comme ça??".
Celle qui accompagne notre joie à la réussite du Concours d'entrée en 6e, du Bac et de l'entrée dans la vie active!
Oui une Mère, c'est tout ça et beaucoup plus!

Chérissons nos Mamans pendant qu'elles sont encore là.

Ne soyons pas avares de compliments à leurs égards.
Comptons chaque jour les bénédictions que nous recevons par leur attention et leur amour inconditionnel.

Aujourd'hui, ce n'est pas la "Fête des Mères" en France ou au Gabon, mais je veux lui dédier ce poème car chaque jour peut être "Fête de Ma Mère".

A Ma Mère

Femme noire, femme africaine, Ô toi ma mère, je pense à toi
Ô Dôman, ô ma mère, toi qui me portas sur le dos,
Toi qui m'allaitas, toi qui gouvernas mes premiers pas,
Toi qui, la première, m'ouvris les yeux aux prodiges de la terre,
Je pense à toi...

Femme des champs, des rivières, femme du grand fleuve,
Ô toi, ma mère, je pense à toi...
Ô toi Dâman, ô ma mère, toi qui essuyais mes larmes,
Toi qui me réjouissais le coeur, toi qui, patiemment, supportais mes caprices,
Comme j'aimerais encore être près de toi, être enfant près de toi !
Femme simple, femme de la négation, ma pensée toujours se tourne vers toi...

Ô Dâman, Dâman de la grande famille des forgerons, ma pensée toujours se tourne vers toi,
La tienne à chaque pas m'accompagne, ô Dâman, ma mère,
Comme j'aimerais encore être dans ta chaleur, être enfant près de toi. ...

Femme noire, femme africaine, ô toi ma mère, merci pour tout ce que tu fis pour moi, ton fils,
Si loin, si loin, si près de toi

Camara Laye, L'enfant noir

Vous avez aimé ce post? Abonnez-vous à la Newsletter

3 commentaires :

  1. J adoooreeeee !!! c tellement vrai. J ai uen maman genialissime et malheureusement une maratre qui est pire que celle de Cendrillon. Mais maman qui est plus forte que tout, me dis "pardonnes, Dieu voit tout!" Ah ma mère !

    RépondreSupprimer
  2. Merci, c'est juste un cri de mon coeur. Quelques fois ça se passe mal avec les "marâtres" mais l'important, c'est d'avancer et ne pas tomber dans l'amertume et la haine.

    RépondreSupprimer
  3. L'enfant Noir ce livre a marquer mon enfant, ces mots sont si beaux

    RépondreSupprimer